fbpx


8 leçons essentielles tirées de mon rebranding !

8 leçons essentielles que j’ai tiré de mon rebranding

Photo by Kaboompics, on Unsplash

8 leçons essentielles tirées de mon rebranding !

Le lancement de mon tout nouveau La Plume et le Renard date déjà d’un mois ! Ce fut une expérience intense, mais nécessaire comme je t’en ai parlé dans mon précédent article sur le sujet. J’en suis sortie grandie, avec un regard neuf sur mon métier et ma situation de freelance.

Pour l’occasion, j’ai donc voulu revenir sur 8 leçons que j’ai tirées de cette fantastique expérience. Elles m’ont aidé à vivre au mieux cette période particulière de ma vie de freelance et j’espère qu’elles t’aideront aussi à y voir plus clair dans ton business !

#01 Savoir s’écouter

En décembre 2017, j’étais à bout de souffle. Je ressentais un profond malaise vis-à-vis de mon business et ce n’était pas la première fois. Mais cette fois-ci, c’était différent. Je n’en pouvais plus. Agir, voilà ce que je devais faire.
Une sérieuse remise en question de la voie que j’avais suivie jusqu’à présent fut la première étape d’un long cheminement. Verdict : tout devait changer !

Et c’est exactement ce que j’ai fait ! Je n’ai pas eu peur d’écouter cette petite voix intérieure qui me disait que je m’étais plantée et que je devais tout revoir. Après tout, c’est en faisant des erreurs que l’on apprend. Et des erreurs, j’en avais fait un paquet ! Parce que je ne m’étais pas écoutée. J’ai donc pris le temps de faire le point, et j’ai appris beaucoup !

M’écouter. C’est une règle que j’ai suivie durant tout mon rebranding. Je me souviens d’un moment en particulier. J’hésitais à déployer un certain processus. Cette idée me paraissait géniale sur le papier. Mais elle était longue à mettre en place, et difficile à réaliser… Pourtant, cette petite voix continuait à me souffler de foncer. Je me suis rappelé ces mois passés à ne pas l’écouter, et j’ai décidé de le faire. Et pour tout te dire, je ne le regrette pas ! Cela m’a permis d’améliorer mon business, et ce fut surtout une expérience supplémentaire qui renforça ma confiance en moi et en mes capacités.  

#02 Se ressourcer

Au cours des 5 mois de mon rebranding, j’ai ressenti à plusieurs reprises le besoin de me ressourcer. De me poser pour me recentrer sur moi-même et reprendre mon souffle. C’est un exercice nécessaire pour repartir de plus belle, avec un esprit et un regard neuf ! Ces petites pauses furent aussi bénéfiques pour mon esprit que pour mon business, et je pense que lorsqu’on travaille à son compte, c’est un passage obligé pour ne pas péter un plomb !

#03 Être en harmonie avec son business

J’ai trop longtemps laissé traîner le mal-être que je ressentais vis-à-vis de mon business. J’en suis même arrivée à un point où je ne prenais plus aucun plaisir à travailler. Ce changement m’a permis de prendre conscience de la nécessité d’être fière de ce que l’on fait !

Aujourd’hui, je me sens à l’aise avec mon business et je suis, surtout, très fière de tout ce que j’ai entrepris ! Cela représente beaucoup de boulot, je m’y suis énormément investie et ça fait un bien fou de pouvoir se dire : “c’est moi qui l’ai fait, je n’en ai pas honte, j’en suis fière et j’aimerais le crier au reste du monde !” Le travail devient alors un plaisir. Et comme l’a dit Elizabeth Gilbert : “j’ai commencé à me dire que j’adorais mon travail. J’ai clamé que j’appréciais jusqu’au dernier le moindre aspect de mes entreprises créatives”. C’est-à-dire autant les aspects positifs et excitants que ceux plus ennuyeux et barbants. Et c’est là que commence le vrai bonheur.

#04 S’organiser

Quand j’ai commencé mon rebranding, je crois que je n’imaginais pas une seule seconde tout le travail qu’il allait me demander. Ni le temps qu’il allait me prendre. Mais au bout de quelques semaines, j’ai réalisé que j’avais impérativement besoin d’une chose : l’organisation.
Par où commencer ? Dans quel ordre ? Ma liste de choses à faire s’agrandissait de manière vertigineuse, jusqu’à me donner le tournis.
“Je dois faire tout ça ? Mais je n’en aurais jamais le temps !”

Face à la panique grandissante, je décidais de prendre la situation en main. De me poser, et t’étudier le projet.
Par où commencer ? Par la stratégie.
Et ensuite ? Faire les choses que j’aimais le moins pour pouvoir m’adonner pleinement aux plaisirs de l’écriture de mon site après me sembla être une bonne idée.
J’ai donc revu ma stratégie, reciblé mon audience idéale, et je me suis occupée de l’aspect juridique et de mon processus client. Et étonnement, ce qui me paraissait barbant au possible de prime abord devint un vrai plaisir. Bon, pas autant que la suite, c’est sûr, mais j’aimais voir se construire petit à petit mon nouveau business.

Chacune des pierres que j’ajoutais à l’édifice le consolidait et lui donner vie, même les moins passionnantes. Et puis, j’en vins même à les trouver intéressantes. Car ces étapes étaient la base de tout. Elles étaient là pour me protéger, pour protéger mes clients et pour nous assurer une aventure sereine et épanouissante. À partir de là, je me suis sentie beaucoup plus légère et, surtout, j’ai commencé à me voir comme une vraie cheffe d’entreprise, et une vraie passionnée.

M’organiser m’aura permis de ne pas m’éparpiller dans tous les sens. De construire un business solide et non brinquebalant. Et surtout d’apprécier chaque étape du processus.

#05 Mettre sa cible au coeur de sa réflexion

Au début de mon aventure entrepreneuriale, je n’avais pas une idée claire et précise de ma cible (shame on me). J’étais partagée entre mon envie de bosser avec des entrepreneurEs créatives (graphistes, photographes, artistes, artisans, etc.) et ma peur irraisonnée de me spécialiser, de perdre des clients – pire, de ne jamais en trouver ! Peur entretenue par certains membres de mon entourage.

La version 1.0 de La Plume et le Renard avait donc été construite sur des bases incertaines, et fut pourvue d’une voix timide, ne sachant pas trop à qui s’adresser. J’avais l’horrible impression de me retrouver une fois encore durant mes années scolaires, noyée dans la masse, sans vraiment savoir qui j’étais, ni à qui parler. Pourtant je n’étais plus cette fille perdue. Je savais qui j’étais. Mais j’avais trop peur. À nouveau.

J’ai donc décidé de me détacher de ma peur. Pas en l’étouffant, mais en la gardant à côté de moi ; j’ai simplement décidé de ne plus l’écouter. Parce qu’elle ne me permettait pas d’avancer. Parce qu’elle ne me laissait pas prendre les risques nécessaires.

Arrivée là, j’ai dû me demander avec qui je voulais travailler, vraiment. Lorsque je fus sûre de ma réponse, je n’ai pas cessé de me demander à chaque étape de mon rebranding : “Est-ce que ce que je suis en train de faire est pour mon ego ou ma cible ?” Si la réponse était l’ego, alors je revoyais ma copie, et recommencer.

#06 La nécessité de se spécialiser

Ce point rejoint le précédent, mais je le trouve tellement important qu’il méritait d’avoir sa place à lui tout seul. J’ai réappris une chose : on ne peut pas plaire à tout le monde. Et je ne veux pas plaire à tout le monde ! Oui, il y a des gens avec qui je n’ai pas envie de travailler. Des gens qui ne partagent pas et ne comprennent pas mes valeurs. Et ces gens n’apprécieront sûrement pas mon approche. Mais je m’en fiche.

À trop vouloir parler au plus grand nombre, on finit par ne parler à personne. Alors se spécialiser est nécessaire. Pour avoir un discours clair et précis, et toucher les bonnes personnes. Celles qui nous feront lever le matin avec le sourire !

#07 Obtenir des feedbacks avant de relancer son business

Le rebranding peut sembler être un exercice assez solitaire. Pourtant, je ne suis pas restée seule dans mon coin. À chaque étape, je montrais ce que j’avais fait à des personnes de mon entourage qui correspondent à ma cible. Leur avis me permettait de valider ou de revoir ce que j’avais fait.

Tout y est passé : mon contrat, mon processus client, mon identité visuelle, mes articles et surtout : mon site.

Cela m’a permis de voir ce qui fonctionnait, de corriger ce qui ne fonctionnait pas et d’avoir un retour sur mes réalisations. Ces avis extérieurs m’ont permis de conserver ma motivation et mon énergie. Et surtout de m’améliorer !

#08 Communiquer sur les coulisses

Je ne peux pas dire que le début 2018 fut une année où je fus très présente sur les réseaux sociaux. Normal, je passais tout mon temps à travailler sur mon rebranding ! Pourtant, je n’ai pas cessé de communiquer (principalement sur Instagram et dans ses Story) sur ce que je faisais et les différentes étapes que je passais.

Vers la fin de mon processus d’ailleurs, j’ai fait une loooongue Story pour expliquer ce qu’il s’était passé, et ce qui allait changer. Je pense que c’est important de communiquer sur ces éléments pour ne pas disparaître complètement de la tête des gens et pouvoir s’assurer que son retour ne passe pas inaperçu. C’est aussi encourageant d’avoir le soutien et les encouragements de sa communauté !

Mon rebranding m’a appris d’autres choses intéressantes bien sûr, mais ces 8 points me semblaient être les plus importants. Et toi, as-tu déjà effectué un rebranding pour ton business ? Et qu’est-ce qu’il t’a appris ? Partage-moi ton expérience dans les commentaires ! Je suis curieuse de savoir ce que ton rebranding t’a enseigné ^^

 

Cet article t’a plu ? Alors épingle-le sur Pinterest ! 😉
8 leçons essentielles que j’ai tirées de mon rebranding

EnregistrerEnregistrer

Reader Interactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Post:Mission rebranding : Ce qui a changé ! (et pourquoi je l'ai fait)Next Post:Anatomie d’une page de vente accrocheuse